Site Art Nouveau

Histoire

L’hôpital médiéval

Au début du XVe siècle, la ville de Barcelone comptait six petits hôpitaux : l’hôpital de Desvilar ou l’Almoina ; l’hôpital de Marcús ; l’hôpital du chanoine Colón ; l’hôpital du chanoine Vilar ou Sant Macià ; l’hôpital de Santa Eulalia ; et l’hôpital de Sant Llàtzer ou Santa Margarida. Ces institutions avaient été créées par des ordres religieux ou des particuliers, et bien qu’elles dépendaient du Conseil des Cent ou du Chapitre de la Cathédrale, la quasi-totalité de leurs revenus provenait de la charité des citoyens.

L’ancien hôpital de la Santa Creu

Au début de l’année 1401, les difficultés économiques de plusieurs de ces centres ont conduit le Conseil des Cent et le Chapitre de la Cathédrale à accepter la construction d’un nouvel hôpital unique résultant de l’union de ces six centres de santé. L’objectif était d’améliorer l’administration et la gestion des recettes. La mesure a été ratifiée le 5 septembre de la même année par le biais de la bulle du pape Benoît XIII, qui a autorisé la constitution de l’hôpital de la Santa Creu.

Le nouveau centre, l’un des plus anciens d’Europe et du monde, a été conçu comme un grand bâtiment avec quatre ailes rectangulaires, hautes de deux étages et disposées autour d’une cour, sur le modèle des cloîtres ecclésiastiques. Le roi Martin l’Humain a assisté à la pose de la première pierre de l’édifice le 13 février 1401. L’œuvre a été achevée en 1450. Plus tard, au XVIIe siècle, le bâtiment a été agrandi avec la construction de la Casa de Convalecencia, et au cours du XIXe et du début du XXe siècle, des interventions mineures ont été réalisées.

Dès sa fondation, l’hôpital de la Santa Creu a été géré par la Très Illustre Administration (MIA), un organe où étaient représentés deux chanoines et deux citoyens laïcs choisis, respectivement, par le Chapitre de la cathédrale et le Conseil des Cent. Les revenus de l’institution ont continué à dépendre des aumônes, des dons et des legs de particuliers. Pour cette raison, deux personnes, un ecclésiastique et un laïc, étaient directement chargées de contrôler les revenus.

Au fil des ans, l’hôpital a intégré de nouvelles sources de financement grâce à divers privilèges accordés par les rois et les papes, dont, par exemple, le privilège d’hériter des biens des personnes décédées sans testament ou des descendants légitimes (Alphonse le Magnanime, 1418) et le privilège des comédies (Felip II, 1587), par lequel l’hôpital a obtenu le droit exclusif des représentations théâtrales à Barcelone.

Pendant plus de cinq siècles, l’hôpital de Santa Creu a été le principal hôpital de la ville de Barcelone et de sa zone d’influence. L’activité caritative de l’hôpital ne se limitait pas à soigner les malades, puisque jusqu’à la fin du XIXe siècle, il a également réalisé un important travail de soins et d’éducation des enfants orphelins.

Sa contribution à l’évolution de la médecine a été primordiale. L’activité de soins de l’hôpital de la Santa Cruz a conduit à la création du Royal College of Surgery, germe de la future faculté de médecine. En effet, à partir du XIXe siècle, l’Hôpital est devenu le centre d’une importante activité pédagogique et scientifique qui en a fait un centre hospitalier de premier ordre, le plaçant au même niveau que les grands hôpitaux européens qui commençaient à être construits à cette époque sur tout le continent.

Cependant, à cette époque, l’édifice gothique du Raval commençait à montrer des signes de fatigue. Après cinq siècles d’activité ininterrompue, l’hôpital de Santa Creu ne pouvait plus suivre la croissance de la ville de Barcelone et les progrès constants de la médecine. La construction d’un nouvel hôpital est devenue nécessaire.

Hôpital moderniste

Les dernières années d’activité de l’hôpital de la Santa Creu ont coïncidé avec l’avènement de la grande transformation urbaine de Barcelone : l’élaboration du plan Cerdà et la construction de l’Eixample.

C’est dans ce contexte d’expansion hors des murs de la ville que Pau Gil y Serra, banquier catalan vivant à Paris, meurt en 1896. Dans son testament, Gil a stipulé que son legs devait être utilisé pour construire un nouvel hôpital à Barcelone. Parmi ses instructions, Gil a stipulé que le nouveau centre devait réunir les innovations technologiques, architecturales et médicales les plus avancées, et qu’il devait être construit sous le patronage de Sant Pau. C’est ainsi que l’hôpital de Sant Pau a vu le jour.

L’accord du conseil d’administration de l’hôpital de la Santa Creu et des exécuteurs testamentaires de Pau Gil a permis de construire un nouvel hôpital sur le terrain de la Santa Creu situé à mi-chemin entre Gràcia, Horta, Guinardó et Sant Martí de Provençals. Enfin, le projet a été commandé à Lluís Domènech i Montaner (1850-1923), une grande figure du modernisme catalan.

L’œuvre de Domènech i Montaner

Pour cette commande, le brillant architecte s’est inspiré des hôpitaux les plus modernes d’Europe. Sur la base des idées hygiénistes, il a conçu un hôpital organisé en différents pavillons isolés, entourés de jardins et reliés entre eux par un réseau de tunnels souterrains. Bien que Domènech ait élaboré un projet comprenant 48 bâtiments, seuls 27 ont finalement été construits, dont 16 seulement selon le projet moderniste initial.

De manière générale, Domènech a créé un plan carré autour de deux axes diagonaux, l’un nord-sud et l’autre est-ouest, qui forment une croix patente, emblème de l’ancien hôpital de la Santa Creu, à travers laquelle se résument et se symbolisent l’histoire hospitalière de Barcelone et les valeurs allégoriques du Moyen Âge.

Un bâtiment moderniste sans précédent

En 1902, la construction des dix premiers bâtiments du complexe a commencé, selon un plan urbain différent de celui de l’Eixample. Chaque bâtiment était destiné à une spécialité différente. L’éclairage, la bonne ventilation et la décoration des pièces ont fait de l’Hospital de Santa Creu i Sant Pau un espace unique au monde, un nouveau modèle d’hôpital qui a introduit l’importance des espaces ouverts et de la lumière du soleil dans le traitement des patients.

Après la mort de l’architecte, son fils, Pere Domènech i Roura, a repris l’exécution de l’œuvre dans sa phase finale. Le roi Alfonso XIII a inauguré l’hôpital de la Santa Creu i Sant Pau le 16 janvier 1930.

Au fil des ans, en plus d’être l’hôpital de référence pour le public, Sant Pau est devenu un point de référence important pour le patrimoine et la culture de Barcelone et de la Catalogne. En 1978, il a été déclaré monument historique-artistique et en 1997, site du patrimoine mondial de l’UNESCO.

L’augmentation de la demande de soins de santé et la détérioration structurelle des bâtiments ont montré que le complexe moderniste ne remplissait pas les conditions nécessaires pour maintenir la qualité des soins. C’est alors que l’on a commencé à envisager la nécessité de construire un nouvel hôpital, moderne et adapté à la pratique médicale contemporaine. Les bâtiments de Domènech i Montaner avaient atteint la fin de leur vie utile.

À l’automne 2009, l’activité de soins de santé a déménagé dans un bâtiment moderne situé sur la façade nord du complexe. Ainsi, le site Art nouveau a entamé une nouvelle phase. Une rénovation rigoureuse a permis de mettre en valeur l’œuvre de Domènech i Montaner, faisant de Sant Pau un centre de connaissances d’importance internationale et un nouveau point de référence culturel.

Blog de la Santa Creu à Sant Pau

Accés al blog