L'hôpital médiéval

La ville de Barcelone disposait au début du XVe siècle de six petits hôpitaux : l’Hospital d’en Desvilar ou de l’Almoina ; l’Hospital d’en Marcús ; l’Hospital del canonge Colom ; l’Hospital del canonge Vilar ou de Sant Macià ; l’Hospital de Santa Eulàlia ; et l’Hospital de Sant Llàtzer ou de Santa Margarida. Ces différentes institutions avaient été créées par des ordres religieux ou particuliers et, bien qu’ils aient dépendu du Consell de Cent ou du Chapitre cathédral, la quasi-totalité de leurs revenus provenaient de la charité publique.

Au début de l’année 1401, les difficultés économiques d’une bonne partie de ces centres poussèrent le Consell de Cent et le Chapitre Cathédral à accorder la construction d’un nouvel et unique hôpital résultant de la réunion de ces six centres sanitaires. On prétendait ainsi améliorer l’administration et la gestion des finances. La mesure fut ratifiée le 5 septembre de cette même année au travers de la bulle du pape Benoît XIII, qui autorisa la constitution de l’Hospital de la Santa Creu.

Le nouveau centre, un des plus anciens d’Europe et du monde, avait été conçu comme un édifice de grandes dimensions, avec quatre ailes de structure rectangulaire, de deux étages de hauteur, disposées autour d’une cour centrale, suivant le modèle des cloîtres ecclésiastiques. Le roi Martin l’Humain assista à la pose de la première pierre de l’édifice le 13 février 1401. Les travaux devaient s’achever en 1450. Par la suite, au XVIIe siècle, l’édifice fut agrandiavec la cosntruction de la Casa de Convalescència ; et, au cours du XIXe siècle et au début du XXe, on y effectua des interventions mineures.

L’Hospital de la Santa Creu était géré depuis sa fondation par la Molt Il·lustre Administració (MIA). À cet organe de gouvernement étaient représentés deux chanoines et deux habitants séculiers choisis, respectivement, par le Chapitre Cathédral et par le Consell de Cent. Toutefois, les revenus de l’institution continuaient à dépendre d’aumônes, de dons et de legs de particuliers. C’est la raison pour laquelle deux personnes, un ecclésiastique et un laïc, étaient chargés de contrôler directement les finances.

Avec le temps, l’Hôpital incorpora des nouvelles sources de financement par plusieurs privilèges concédés par les rois et les papes, parmi lesquels il faut noter, à titre d’exemples, le privilège d’hériter des biens des personnes mourant sans testament ou sans descendance légitime (Alphonse le Magnanime, 1418) et celui des comédies (Philippe II, 1587), par lequel on octroya à l’Hôpital le droit exclusif des représentations théâtrales à Barcelone.

L’Hospital de la Santa Creu a été pendant plus de cinq siècles le grand hôpital de la ville de Barcelone et de sa zone d'influence. L’activité charitable de l’hôpital allait bien au-delà des soins apportés aux malades ; en effet, jusqu’à la fin du XIXe siècle, il développa aussi une importante tache d’accueil et de formation des enfants orphelins.

Sa contribution à l’évolution de la médecine a été essentielle. L’activité sanitaire de l’Hospital de la Santa Creu a facilité la création du Collège Royal de Chirurgie, qui sera à l’origine de la future Faculté de Médecine. De fait, à partir du XIXe siècle, l’Hôpital devint le centre d’une importante activité scientifique et d’enseignement qui en fit un centre hospitalier de tout premier ordre, se situant au même niveau que les autres grands hôpitaux européens qui commençaient à être érigés pendant cette période.

À cette époque, cependant, l’édifice gothique du Raval commença à manifester des symptômes d’épuisement. Après cinq siècles d’une activité ininterrompue, l’Hospital de la Santa Creu ne pouvait plus répondre aux besoins de la ville de Barcelone en croissance et aux constants progrès de la médecine. La construction d’un nouvel hôpital devenait tout à fait nécessaire.

 

  • Entrada al pati de l'Antic Hospital de la Santa Creu, al principi del segle XX.
  • Detall de la creu del pati de l'antic Hospital de la Santa Creu, a principis del segle XX
  • Porta principal de l'antic Hospital de la Santa Creu, a principis del segle XX
  • Escales d'accés i reixa de la farmàcia de l'antic Hospital de la Santa Creu.